Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Belle et la Bête

     

    Il devait s’agir d’une « élection primaire ouverte » organisée par le Parti socialiste. Mais, avant tout soucieux de communication, M. Cambadélis, en a fait des « primaires citoyennes » (notez le pluriel, sans doute emphatique mais on se demande pourquoi; et l’adjectif en voie de dépréciation, tout de nos jours étant « citoyen » - sauf peut-être la lecture du présent article), et désormais organisées par une certaine « Belle Alliance populaire » (sans doute une antiphrase). Qu’importe qui de MM. Valls ou Hamon l’aura finalement emporté : vu la tournure des événements, il est fort peu probable que le candidat de la « Belle, etc. » fasse bonne figure à l’élection présidentielle. Cette primaire était manifestement à usage interne : il s’est agi ni plus ni moins de prendre la main sur le parti, ou ce qu’il en reste, en vue d’échéances plus lointaines. On voit bien la dérive…

     

    Qui dira en effet les torts de toute «  primaire » ? Qu’elle concerne la droite ou la gauche, ce type d’élection constitue un dévoiement des institutions, en ce qu’elle contribue à contourner la constitution de 1958, conçue pour minimiser le rôle des factions. Déjà malmenée par le quinquennat, voici cette constitution en butte à la réinstallation sans vergogne par les partis d’un jeu politicien jusque là plus ou moins contenu : la bête reconquiert son territoire. Certes, ne sont concernés dans les faits que les deux grands partis, adoubés par les médias puisque dits « de gouvernement ». Il s’agit cependant bien d’une simple imitation destinée sans aucun doute à accentuer l’américanisation de notre vie « politique » (guillemets de rigueur). Tout le petit monde des appareils politiciens et médiatiques y trouve son compte, faisant mine d’ignorer que ce qui fait sens aux Etats-Unis, où depuis deux siècles le clivage démocrate-républicain structure la vie électorale, confine chez nous au non sens pur et simple.

     

    Du coup, on ne peut s’étonner qu’une primaire devienne l’occasion des propositions les plus utopiques, autant dire démagogiques (l’abolition des frontières, le revenu universel, le droit à l’enfant, etc.). ce que M. Valls lui-même a le mérite de dénoncer clairement : « promettre n’importe quoi pour gagner » (Alfortville, vendredi 27). Au mieux aura-t-on droit à un catalogue de mesures relevant de la simple bonne (ou mauvaise) gestion ministérielle, très nettement en deçà de ce qu’il faut bien appeler le sens et l’intérêt de l’Etat. Ainsi, et à titre d’exemple, MM. Valls et Hamon n’ont fait qu’effleurer dans leur débat du 26 ce que devrait et pourrait être une politique étrangère conforme à nos intérêts et à notre légitime ambition. Mais n’est-il pas déraisonnable d’attendre du politicien qu’il se transforme en politique ?

     

    Les primaires ne font que participer d’un mouvement plus général. Minée de l’intérieur, la Ve République montre ses limites. Sa décomposition peut aller très vite. Ainsi, certains, dont M. Mélenchon, réclament une sixième république, aux antipodes de l’actuelle « monarchie républicaine ». Retour au funeste parlementarisme garanti. Pour le coup, c’en serait fait de ce qui reste d’un Etat souverain plus ou moins capable d’assurer ses missions régaliennes. 

  • Le syndrome du cabri

     

    Quelques jours avant son investiture, M. Trump a manifesté le peu de considération que lui inspire l’Union européenne, flattant la Grande-Bretagne, étrillant l’Allemagne de Mme Merkel et ignorant totalement la France. A y regarder de près, M. Trump n’a fait que dire la vérité. Rien d’étonnant, en effet, à ce qu’il dénonce ce dont tout le monde convient peu ou prou aujourd’hui : la faute impardonnable d’une Mme Merkel qui, dans l’affaire des migrants, a privilégié au détriment de son propre peuple « des valeurs, les droits de l’homme, le vivre-ensemble » (M. Zemmour sur RTL, 19 janvier). Quant à l’Europe, ou plutôt à l’Union, M. Trump la considère avec des yeux américains, explicitant de façon directe le non-dit de son (ses) prédécesseurs à la Maison Blanche : l’union économique de pays européens étant forcément concurrente des Etats-Unis, il se félicite du « Brexit »; de plus, alors que prend forme en Asie et dans le Pacifique, un conflit vital avec la Chine et que la Russie ne représente pas un vrai danger, il pense que les Etats-Unis n’ont plus à se considérer comme tenus par les engagements de défense obsolètes de l’Otan.

     

    Cris d’orfraie de ce côté-ci de l’Atlantique, particulièrement en France : « L’Europe […] n’a pas besoin de conseils extérieurs » (M. Hollande), « [c’est] une déclaration de guerre à l’Europe » (M. Valls). On frise le degré zéro du politique. Même chose avec le choeur des éditorialistes, manifestement effrayés par la perspective d’un désengagement américain. Atteints du syndrome du cabri diagnostiqué par de Gaulle en 1965 (« sauter sur sa chaise comme un cabri en disant "l’Europe ! », "l’Europe !", "l’Europe !", mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. »),  presque tous proposent ce qui ressemble à une fuite en avant : encore un pas vers plus d’Union, vers le fédéralisme, alors même que la « construction » européenne nous a conduits au bord du précipice. Ainsi, tandis que M. Guetta croit pouvoir lancer sans ridicule un martial « l’Europe serre les rangs » (France Inter, 17 janvier), M. Barbier, plus démagogique et plus dangereux, pense qu’il faut « aller plus loin vers une nouvelle Europe » (France 5, 18 janvier) - c’est-à-dire une Europe fédérale.

     

    Libre à eux de croire que l’Union puisse un jour défendre l’Europe. Il faudrait pour cela qu’elle change de nature. Essentiellement marchande et financière, elle est rien moins que militaire. Nous maintenons donc nos propos des 14 et 21 novembre 2016 dans ces mêmes colonnes : M. Trump « nous place dans une alternative quasi existentielle » et oblige l’Europe à « s’assumer », ce qui suppose comme condition préalable que « l’impotente Union disparaisse ». Que l’Union, qui a failli, le cède à l’Europe, la seule qui existe, celle des nations et des peuples, celle qu’incarnent en toute légitimité les Etats qui la composent. C’est aux Etats souverains que doit incomber la responsabilité, historique au sens fort du terme (pour une fois), de nouer les alliances et rapprochements indispensables. pour maintenir leur rang et assurer leur survie. L’objectif ne doit pas être fédéral mais confédéral. 

     

    A lire aussi dans Lafautearousseau ...

     

    Le retour du tragique

     

    Le voyage de Berlin

  • Bilan d’étape

    Les « Spetsnaz », les forces spéciales russes  

     

     

    La libération d’Alep ne signifie sans doute pas que la guerre qui ensanglante la Syrie est terminée : des forces « rebelles », c’est-à-dire islamistes, contrôlent encore des poches importantes au sud-est et au nord-est; les Kurdes tiennent la quasi totalité du nord. Ce qui est certain, en revanche, c’est que M. Assad est en bonne position, grâce à ses alliés, et singulièrement à la Russie. Et là n’est pas le moindre des paradoxes. Il faut lire ce qu’écrivent, écouter ce que disent sur la Russie, depuis des mois et des mois, les analystes de la bien-pensance médiatique et politique en France (et ailleurs, bien entendu). De dépit, tous, comme le note M. Zemmour, « soulignent à l’envi [ses] échecs économiques » (RTL, 3 janvier). La palme, on s’en doutait, revient à France Inter, « le Vatican de la moraline » (la formule est de M. Onfray) quand M. Guetta, n’en pouvant mais, crache son argument ultime contre la Russie qualifiée avec mépris de « puissance pauvre » (5 janvier).

     

    C’est donner le bâton pour se faire battre. En effet, et si les chiffres avancés sont exacts (et sans doute le sont-ils), comment se fait-il qu’une si moyenne puissance - dont le PIB serait celui de l’Italie, voire de l’Espagne, et le budget militaire celui de la France - parvienne à de tels résultats au Proche-Orient ? Il faut bien que la Russie possède certaines « qualités ». Vilipendée, ridiculisée, insultée… elle semble pourtant bel et bien maîtriser la situation dans cette région que les deux interventions étatsuniennes de 1990 et 2003 ont plongée dans le chaos. Un premier élément de réponse semble évident : il existe à Moscou un véritable pouvoir politique qui poursuit, en fonction de ce qu’il pense être l’intérêt de la Russie, un objectif régional. Ce pouvoir politique joue gagnant jusqu’à présent parce qu’il utilise au mieux les échecs et la faiblesse de ses partenaires-adversaires sur le plan international : faiblesse des Américains occupés par leur campagne présidentielle, faiblesse des Européens tétanisés par la religion droit(s)-de-l’hommiste; échec des deux dans leur tentative de faire tomber M. Assad en soutenant sur les plans moral et matériel une opposition stupidement qualifiée de « printanière ».

     

    En second lieu, force est de constater que la Russie joue vite et bien sur le plan militaire. Non seulement elle ne se contente pas de simples menaces verbales mais elle engage les moyens nécessaires pour emporter la décision. Mieux, et n’en déplaise à nos stratèges de studio, elle dispose elle aussi et quoique « pauvre », de forces spéciales au remarquable savoir-faire, « des professionnels de haute technologie » (l’expression est de M. Vasilescu), les « Spetsnaz », dont l’infiltration dans les quartiers de l’est d’Alep a été déterminante. Enfin, il paraît évident que la chose est tactiquement pensée et que les annonces concernant cessez-le-feu et négociations visent à maîtriser le temps car il faut « sécuriser les espaces conquis » et « préparer la prochaine offensive majeure », peut-être directement contre l’Etat islamique cette fois (Le Figaro, 2 janvier).

     

    Depuis la disparition de l’empire ottoman en 1923, une sorte de malédiction pèse sur un Proche-Orient prétendument libéré. Grande est la responsabilité des puissances occidentales, coupables d’avoir presque toujours agi dans la région selon leurs critères idéologiques, avec l’idée fausse et ethnocentrée d’exporter et d’imposer leurs « valeurs » démocratiques et humanistes. Dernier avatar de cette politique, le chaos syrien. Fort heureusement pour la re-stabilisation de la région, et grâce à l’appui de ses alliés, le pouvoir légitime de Damas semble bien avoir repris la main. La leçon est cinglante pour nous. Sachons au moins l’admettre et considérer que, jusqu’à preuve du contraire, la Russie est désormais « incontournable » - pour finir sur un de ces mots qu’affectionne particulièrement nos chers médias.