Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les trois petits cochons

    4310027_2_545x341.jpg

     

     

    On y fait désormais à peine attention. Les dernières photos du « couple » présidentiel et, le même jour (vendredi 21),  la démission de M. Arif ne font en effet que prouver une fois de plus la stupidité des prétentions moralisatrices du candidat Hollande. Et c’était peut-être là son moindre défaut car, pour le reste, il semble incapable de sortir le pays de limpasse - ne montrant quelque efficacité que dans le domaine sociétal, mais pour mieux sévir en y appliquant les recommandations de « Terra Nova ». Il ne faut donc pas s’étonner si, malgré les postures de circonstance, à droite et à gauche, dans ce que lon appelle les « partis de gouvernement », on a déjà tiré un trait sur l'actuel quinquennat pour mieux se positionner en vue de l’élection présidentielle de 2017. 

    Or, un ange est passé, ce même vendredi 21 novembre, lorsque se sont trouvés réunis, au Musée du quai Branly, MM. Chirac, Hollande et Juppé. M. Revault dAllonges (Le Monde) parle d’ « un surprenant moment de douceur entre personnalités politiques de haut rang et dexcellente compagnie ». On se rappelle que M. Chirac a voté pour M. Hollande en 2012 et on sait quil soutient ouvertement M. Juppé pour 2017. Doù les assauts damabilité à son égard : M. Juppé rappelant son « admiration » et sa « fidélité », M. Hollande son « respect » et son « affection ». 

    Survenant peu après les déclarations consensuelles de MM. Valls et Bayrou, ces « amabilités transpartisanes » sont tout sauf anodines car, comme le rappelle le journaliste du  Monde, tous ces gens sont«susceptibles de se retrouversur la même ligne ». Lambiance est au consensus, à la confluence des « centres ». Après tout, sur la plupart des sujets dimportance, quils soient dordre politique, économique, voire sociétal, peu de chose sépare les uns des autres. Les lignes de partage passent plutôt entre eux et ceux qui se revendiquent sans complexe de la droite ou de la gauche. 

    Dailleurs, M. Juppé est devenu la coqueluche des médias parisiens « branchés » et cela risque de durer. Ne vient-il pas, en effet, de déclarer, « que la grandeur de la France dans le monde, c'est d'appuyer la démocratie et le développement » ? Propos dignes de nimporte lequel des idéologues de la bien-pensance. Dévoré par le feu de son ambition présidentielle, le maire de Bordeaux semble bien décidé à « ratisser (très) large ». Certains se prennent donc à rêver, à voix haute sur les antennes, dune sorte dunion nationale à lallemande qui prendrait, ici, la forme dun rassemblement au centre : fuite en avant, ultime recours politicien. Cette option reste pour linstant peu probable, car ce serait faire abstraction de la logique même des institutions, des réalités partisanes et des egos des uns et des autres. 

    Le jeu de rôles démocratique, pimenté par la présence dun F.N. en progression et dune gauche de la gauche en ébullition, aura donc sans doute bien lieu en 2017. La rencontre du quai Branly  naura alors été quun épisode précurseur. 

     

    Commentaires dans Lafautearousseau

  • Laissez-la vivre !

    Le voyage de Rosetta et l’ « atterrissage » de Philae constituent, malgré quelques ratés, un exploit technologique et scientifique certain. M. Guetta en est tout enthousiasmé: [cela] « nous montre ce que nous pourrions être et faire ensemble, avec un peu plus de temps, de volontarisme et de vision » (France Inter, jeudi 13). Il y a certes un fond de vérité dans ces propos : oui, une certaine Europe, intelligente et novatrice, ne demande qu’à exister davantage. On ne peut que regretter, dès lors, que les « pères fondateurs » de ce qui est devenu l’Union européenne aient enclenché un processus à rebours de tout bon sens. Au mépris de toutes les réalités, et d’abord des réalités nationales, ils ont privilégié l’économie puis la monnaie, proposant l’horizon d’un grand marché libéral et mondialisé.  

    rosetta et philae.jpg

    Or, malgré eux et malgré même la plupart de ses actuels dirigeants politiques, l’Europe actuelle reste fermement ancrée dans ses composantes nationales. L’Allemagne réunifiée vient ainsi de fêter les vingt-cinq ans de la chute du mur de Berlin sans que MM. Hollande ou Cameron daignent se déplacer. Eux-mêmes, mais chacun de son côté, commémorent seuls la fin de la Grande Guerre qui, pour l’Allemagne ne représente forcément pas la même chose. Quant à la Russie, elle manifeste ouvertement, comme l’illustre si bien les affaires de Crimée et d’Ukraine, son désir de rejouer un rôle de premier plan sur la scène mondiale. 

    M. Hollande a tort, qui salue l’exploit de Rosetta et Philae comme « une victoire de l’Europe », laissant supposer qu’il est l’aboutissement d’une politique commune aux pays de l’Union. Or, l’Union n’est pas l’Europe, elle n’en est qu’une approximation dévoyée. En fait, existent plutôt et de façon plus ou moins développée des Europe(s), notamment cette « Europe » de la recherche spatiale, alliance fructueuse des intelligences en vue d’un objectif spécifique, mais alliance de chercheurs « nationaux ».  

    M. Guetta a tort, qui affirme se sentir conforté dans son« nationalisme européen ». Outre qu’il est paradoxal d’entendre le camarade Guetta reprendre à son compte une expression déjà et plutôt utilisée par des gens qui sentent le soufre, il est piquant de l’entendre l’employerdeux jours seulement après que M. Hollande eut cru bon de fustiger tous les nationalismes dans son discours du 11 novembre à Notre-Dame-de-Lorette. De toute façon, M. Guetta peut bien rêver : n’existent ni nation européenne ni peuple européen. 

    En revanche, l’exploit de Rosetta et Philae est porteur d’une leçon politique. Lorsqu’ils s’unissent dans un but précis, sur la base d’accords inter-gouvernementaux, les grands pays européens, politiquement fourvoyés dans l’Union, obtiennent des résultats remarquables. Cette Europe des vieilles nations est d’évidence le chemin àsuivre. Qu’on la laisse vivre !  

    Commentaires dans Lafautearousseau

  • Crise de Régime ?

     22604_gaulle-une.jpg

     

    Le reproche essentiel que lon peut faire à M. Hollande est davoir accepté de participer à l’émission de TF1, « En direct avec les Français », imitant ainsi ses deux prédécesseurs (MM. Chirac et Sarkozy) qui, chacun à sa façon, avaient voulu ce qui constitue à l’évidence une dévalorisation de la fonction de Chef de lEtat. Pour « échanger » avec quatre Français(e)s plus ou moins en désarroi et répondre à quelques journalistes incisifs, voire impudents, devant une assistance comparable à celle des émissions dites « people », un sous-secrétaire dEtat, à la rigueur un ministre, eût davantage convenu. 

    Sexprimant sur les ondes de RTL vendredi matin, M. Fillon trouve la formule juste au sujet de ce quil faut bien appeler la prestation de M. Hollande : « Un homme de bonne volonté complètement dépassé par les événements ». Il semble évident que le mandat de M. Hollande est en passe - sauf retournement, pour le moins improbable, de la situation - de tourner au fiasco.  La responsabilité de lhomme ne fait aucun doute. Plutôt que de promettre, comme lavait fait si imprudemment son prédécesseur pour labsence de résultats que lon sait, il est allé au-delà en adoptant délibérément en 2012 une tonalité prédictive, bien conforme au fond à son idéologie socialiste (« Les résultats seront au rendez-vous. Ils le seront parce quils doivent l’être » vient-il encore de dire). 

     Cependant, il faut le reconnaître, la personne même de M. Hollande nest quun facteur aggravant. On ne peut pas raisonnablement penser que, sans remise en cause des fondamentaux économiques et politiques, quelquun dautre aurait, à sa place, fait mieux. Tant que la France retardera les réformes structurelles socio-économiques qui simposent, tant quelle acceptera de rester inféodée à lUnion européenne dans les domaines régaliens de la monnaie et des frontières, tant que lEtat restera la proie des féodalités partisanes et financières, rien ne changera, sauf de mal en pis. 

    Et ce qui risque bien de changer ce sont dabord les institutions. De gauche à droite, un nombre croissant de politiciens souhaitent implicitement ou explicitement une « évolution » institutionnelle. Les extrêmes et le centre réclament un maximum de proportionnelle - dont les effets dévastateurs sur la stabilité politique sont garantis. Le Front de Gauche évoque ouvertement une VIe République, bien entendu « parlementaire » et « démocratique » (on sait ce que cela signifie). Bien plus révélateur encore de cet air du temps : MM. Bayrou, Juppé et Valls, dans le plus pur esprit du centre mou façon IVe, nen finissent pas de se faire des courbettes. 

    Dailleurs, lançant un ballon dessai, M. Boutih, député socialiste de lEssonne parle sur RMC de « crise de régime ». La rétrogradation du Chef de lEtat au rang de super-Premier ministre par la réforme du quinquennat se révèle effectivement mortifère pour la Ve République. Lentreprise de déconstruction de notre monarchie républicaine semble engagée. ♦

     

    Commentaires dans Lafautearousseau

  • L'Ami retrouvé ? par Louis-Joseph Delanglade

     afriquecarte.jpg

     

    Les événements qui secouent le Burkina Faso (autrefois Haute-Volta) prouvent une fois de plus, après tant dautres du même genre, que lAfrique noire nen finit pas de se chercher. Quand elles ne sont pas tributaires dune décolonisation bâclée et peu soucieuse des réalités ethniques, voire géographiques, les « nations » africaines peinent à trouver une stabilité politique faisant consensus. On nen finirait pas d’égrener la litanie des conflits, coups dEtat, révolutions, etc. qui déstabilisent et ensanglantent le continent depuis un demi-siècle. Il serait pourtant vain et prétentieux dadopter la posture paternaliste du donneur de leçons : les pays africains, notamment les pays dits « francophones », existent bel et bien et, selon une tradition que rien ne saurait remettre en cause, la France se doit de traiter avec les Etats. 

    Il y a quelques années, M. Guaino, par la voix de M. Sarkozy, délivrait à Dakar un message sans doute maladroit puisque mal compris. Il est de toute façon inutile et certainement contre-productif de reprocher aux gens d’être ce quils sont. Les Africains sont dans lHistoire, autant que nous, mais selon leur personnalité propre. Et cest avec eux, tels quils sont, que lon doit traiter si lon veut resserrer ou (re)nouer des liens solides - et profitables aux deux parties comme en témoignent par exemple les diverses interventions de nos troupes sur le sol africain. 

    La France dispose encore datouts-maîtres dans la région. Dabord sa langue, langue officielle de la quasi-totalité de ses ex-colonies, ce qui assure à cette « communauté » une assise linguistique et culturelle incontestée. Ensuite une implantation, encore bien réelle, dans des secteurs aussi variés que le commerce, l’économie, la médecine ou lenseignement. Et encore, une présence demandée dans les domaines régaliens que sont la monnaie (zone franc C.F.A.) et la Défense (bases militaires françaises). 

    De toute façon, nous navons pas vraiment le choix. Linfluence de la France en Europe ne cesse de diminuer à proportion de l’élargissement de lUnion et de laccroissement progressif des pouvoirs supra-nationaux. Son effacement, par manque de moyens, de lAsie et du Pacifique est notoire - tout comme son absence du continent américain. Ne lui reste véritablement que lAfrique pour asseoir ses prétentions à demeurer une puissance internationale.  

    En 1958, la « Communauté française » sest substituée à « lUnion française ». Mais les déclarations dindépendance de 1960 ont vite eu raison de ce qui n’était quun prête-nom. Cependant, un « commonwealth à la française » aurait peut-être permis d’éviter une relation calamiteuse fondée sur un mélange détonant de « Françafrique » au tropisme semi-maffieux et didéologique approche « droits-de-lhommiste ». Oui, il est grand temps de redonner vie à un projet véritablement communautaire qui sinscrirait dans une vision stratégique à long terme. Et de retrouver ainsi lami africain.  ♦

     

    Commentaires dans Lafautearousseau