Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Ami retrouvé ? par Louis-Joseph Delanglade

 afriquecarte.jpg

 

Les événements qui secouent le Burkina Faso (autrefois Haute-Volta) prouvent une fois de plus, après tant dautres du même genre, que lAfrique noire nen finit pas de se chercher. Quand elles ne sont pas tributaires dune décolonisation bâclée et peu soucieuse des réalités ethniques, voire géographiques, les « nations » africaines peinent à trouver une stabilité politique faisant consensus. On nen finirait pas d’égrener la litanie des conflits, coups dEtat, révolutions, etc. qui déstabilisent et ensanglantent le continent depuis un demi-siècle. Il serait pourtant vain et prétentieux dadopter la posture paternaliste du donneur de leçons : les pays africains, notamment les pays dits « francophones », existent bel et bien et, selon une tradition que rien ne saurait remettre en cause, la France se doit de traiter avec les Etats. 

Il y a quelques années, M. Guaino, par la voix de M. Sarkozy, délivrait à Dakar un message sans doute maladroit puisque mal compris. Il est de toute façon inutile et certainement contre-productif de reprocher aux gens d’être ce quils sont. Les Africains sont dans lHistoire, autant que nous, mais selon leur personnalité propre. Et cest avec eux, tels quils sont, que lon doit traiter si lon veut resserrer ou (re)nouer des liens solides - et profitables aux deux parties comme en témoignent par exemple les diverses interventions de nos troupes sur le sol africain. 

La France dispose encore datouts-maîtres dans la région. Dabord sa langue, langue officielle de la quasi-totalité de ses ex-colonies, ce qui assure à cette « communauté » une assise linguistique et culturelle incontestée. Ensuite une implantation, encore bien réelle, dans des secteurs aussi variés que le commerce, l’économie, la médecine ou lenseignement. Et encore, une présence demandée dans les domaines régaliens que sont la monnaie (zone franc C.F.A.) et la Défense (bases militaires françaises). 

De toute façon, nous navons pas vraiment le choix. Linfluence de la France en Europe ne cesse de diminuer à proportion de l’élargissement de lUnion et de laccroissement progressif des pouvoirs supra-nationaux. Son effacement, par manque de moyens, de lAsie et du Pacifique est notoire - tout comme son absence du continent américain. Ne lui reste véritablement que lAfrique pour asseoir ses prétentions à demeurer une puissance internationale.  

En 1958, la « Communauté française » sest substituée à « lUnion française ». Mais les déclarations dindépendance de 1960 ont vite eu raison de ce qui n’était quun prête-nom. Cependant, un « commonwealth à la française » aurait peut-être permis d’éviter une relation calamiteuse fondée sur un mélange détonant de « Françafrique » au tropisme semi-maffieux et didéologique approche « droits-de-lhommiste ». Oui, il est grand temps de redonner vie à un projet véritablement communautaire qui sinscrirait dans une vision stratégique à long terme. Et de retrouver ainsi lami africain.  ♦

 

Commentaires dans Lafautearousseau

Commentaires

  • Bonne synthèse rapide! L'absence du Canada est extraordinairement révélatrice! L'absence de l'Océanie est surprenante... Mais la France n'est-elle pas absente à elle-même ?

  • Bonne synthèse rapide! L'absence du Canada est extraordinairement révélatrice! L'absence de l'Océanie est surprenante... Mais la France n'est-elle pas absente à elle-même ?

Les commentaires sont fermés.